http://www.pagodethienminh.fr/wp-content/uploads/2011/12/Phat-thich-ca-crayon1.jpg

 

Parmi les thèmes enseignés dans le bouddhisme, la notion de “Karma ou Kama” (Nghiệp en VN) est souvent citée voir expliquée. Le bouddhisme parle aussi de la “Loi du Karma” (Luật nhân quả en VN), ou parfois “Loi de causalité” ou “Loi de cause à effet” ou “Loi de la graine et du fruit” ou “Loi d’action et de réaction”. “Karma” se traduit littéralement par “Action”. Cette loi est en soi la même loi de causalité émise par les grands scientifiques de notre temps. Elle n’est pas un concept, voir une création de l’esprit, ni un “concept” venant de la nature. Les scientifiques affirment que toute chose de l’environnement est régie par cette loi, qu’on veuille ou non l’accepter. Le Bouddha, par son omniscience, a tout simplement rappelé que cette loi est applicable dans toute chose, aussi bien de l’environnement que des états “spirituels”. De cette manière, la notion de “hasard” n’a plus de sens, dans les résultats, ou les conséquences des événements de ce monde et aussi des autres “mondes”. Le Bouddha parle de 3 “Karma”, si on le prend comme “Action”, donc 3 “Actions” :

  1. Le Karma lié à l’esprit

  2. Le Karma lié à la parole

  3. Le Karma lié aux corps

En un sens, ces trois actions impliquent trois réactions. Et en appliquant simplement la loi du Karma, on pourrait en déduire que par simple logique :

  • une mauvaise action va engendrer une mauvaise conséquence

  • une bonne action va engendrer à son tour une bonne conséquence

Au sens de la pratique bouddhiste, une mauvaise action est une action qui va soit engendrer de la souffrance à l’être qui le crée, soit à son environnement, soit aux deux, et une bonne action est une action qui n’apporte de souffrance ni à l’être qui le crée, ni à son environnement, c’est à dire qui apporte un état d’éveil et de bien être aux deux environnements. Si cette loi est prise en considération constamment, on ne devrait pas avoir de surprise sur l’état du résultat, bien évidemment, la prise de conscience de l’action doit être appliquée pour comprendre la réaction qu’elle génère. Mais souvent dans la société actuelle, les actions dues aux 3 portes, celle de l’esprit, de la parole et du corps agissent constamment par tendances, voir par habitudes : tendances dues au Karma des vies précédentes et habitudes dues au répétition des actions de cette vie, sans l’application de l’état méditatif et conscient de celles-ci.


La loi du Karma peut être représentée dans le cycle des existences (Terme Skr. Samsara) par un grand tableau, les dimensions de ce tableau dépendront du nombre de vies “conçues” par la “personne”, et chaque cycle de “vie” est représenté par un morceau de puzzle, qui par le processus de renaissance et de mort, se pose d’une façon logique et karmique pour remplir le tableau. Lorsque ce tableau sera complètement rempli, il représentera le paysage du samsara de la “personne” et à ce moment précis, elle aura atteint l’état d’Éveil et deviendra un Bouddha. Il est vrai que la complexité des conceptions des êtres, dues à l’ignorance (Si mê en VN) fait grandir continuellement les dimensions. Et de plus les autres conceptions émotionnelles contribuent à prolonger le cycle, un genre d’”empilement” de couches émotionnelles sur la base des qualités fondamentales composant l’être. D’où souvent dans les enseignements, les mots “aveuglement” ou “voiles” sont employés.
Une deuxième représentation imagée est de prendre l’image de l’utilisation d’un véhicule : le véhicule symbolise le corps physique d’une personne et le corps spirituel, cette personne. Quand un véhicule est utilisé un certain temps, il est soumis au facteur temps, au facteur usure mécanique jusqu’au moment où il tombera en panne et ne pourra plus être utilisé, comme le corps humain qui lui est soumis aux conditions de la maladie, de la vieillesse et au bout à la mort, cycle naturel d’une vie terrestre. Revenons au véhicule, pour pouvoir continuer à être transporter, la personne devra trouver un autre véhicule, un autre moyen. Le nouveau véhicule représentera alors le nouveau corps de la personne à sa prochaine renaissance. Le véhicule est nouveau mais c’est toujours la même personne qui le conduit, c’est comme une nouvelle renaissance dans un nouveau corps physique mais avec le même corps spirituel. Bien sûr la loi karmique rentre dans ce cas dans un concept très schématique, mais la procédure karmique est ainsi fondée.

Il existe de multitudes exemples issus de l’expérience de cette vie pour démontrer l’existence universelle de cette loi. On pourrait prendre des exemples concrets pour comprendre cette loi. Par exemple les conséquences conscientes issues des états de conceptions émotionnelles, telle que à partir d’un état de non-patience peut impliquer un déséquilibre émotionnel en créant un état de colère, qui a son tour propulse vers des paroles ou des actions irréfléchies. Chaque action liée à un état de conception spirituel engendre un “éboulement” d’actions et de réactions contrôlées ou non, provoquant de la souffrance ou non.C’est pour cette raison une action réalisée au présent doit être réfléchi, prise dans la conscience avec Sagesse pour éviter de créer un déséquilibre dans l’état de l’environnement, et risquerait de détruire l’harmonie de celui-ci.